Manon Aubry

  • peinture
  • du 16 février au 01 mars 2015

Pour cerner les mécanismes de pensée desquels émergent les images de Manon Aubry, il est nécessaire de les penser immergées dans le monde réel actuel. Ce dernier est régi par un système unique global, pour la première fois dans l’Histoire humaine, absolument déconnecté du monde matériel ; il repose sur les plus obscurs et primitifs instincts, et met en péril notre espèce par la destruction généralisée de l’écosystème dont elle dépend. L’état d’urgence est d’ores et déjà installé ; mais la révolution planifiée de notre modèle civilisationnel semble encore loin. Le bouleversement doit d’abord passer par les esprits. Les consciences doivent maintenant s’extirper des rouages de l’ordre établi et enfin, s’éveiller. Il est temps - plus que jamais - d’analyser, de comprendre, et d’imaginer. Pour cela, la priorité doit se focaliser sur notre faculté à retrouver et aiguiser ce qui nous rend humain : notre capacité à nous demander " pourquoi ? ", ce besoin de compréhension constant et illimité, cette multitude de connexions qui se créent et se défont à un rythme effréné, dans un harmonieux cosmos qui nous traverse. Après l’avoir détecté, il n’est plus possible de le laisser s’estomper dans l’accablant crépuscule qui s’abat toujours plus à l’horizon. Manon Aubry a plaisir à prendre de la hauteur - dans l’espace, dans le temps - à analyser les Hommes, d’ailleurs. L’univers est échanges, connexions, et mélanges. La juste compréhension d’un élément n’est pas possible si on l’isole. Cette expérience intérieure modifie en profondeur nos modèles de réflexion et de fait, la vision du monde qui en résulte : elle les précise, dans l’objectivité, la cohérence ; elle nous inonde de lumière. Les sphères récurrentes au sein de son travail symbolisent cette objectivité et cette cohérence qui doivent être, selon elle, les piliers de notre construction intellectuelle. D’abord au cœur de nos mécanismes internes, l’heure est venue de les étendre au monde concret, au nouveau modèle qui reste à bâtir, pour y intégrer, enfin, et à toutes les échelles, cette idée fondamentale d’harmonie universelle devenue vitale. Ce qui guide Manon Aubry - et par extension guide son travail - c’est ce besoin presque obsessionnel de compréhension du monde dans lequel nous évoluons. La complexité et la beauté de l’esprit humain la fascinent. Il est insupportable de le voir souillé, abaissé dans cette direction suicidaire que l’on nous impose. Voilà, sa peinture, c’est cela : un acte de transmission, et d’engagement, avant tout.


Partager cette page »» Mentions légales